M-Maybe – Lichtenstein 

La solitude des peintes - M-Maybe - Lichtenstein dans La solitude des peintes 981_Lichtenstein_M-Maybe

Madame, monsieur,

Parce que je suis blonde, les gens me regardent comme si j’avais un neurone poilu au dessus des yeux. Quand je marche dans la rue, je vois tous les visages sourire et s’il m’arrive de trébucher sur mes jolis talons en solde (mais en cuir de truite véritable), une douzaine de macho en mocassins et chaussettes blanches accourent et tentent de me rattraper par mon wonderbras. L’autre jour, alors que je marchais tranquillement en string de pieds le long de la plage, un monsieur âgé a voulu me prendre en photo car il me trouvait très belle. Je suis super belle, c’est vrai, mais est-ce une raison suffisante pour autoriser un vieux pervers à me prendre en photo sur fond de vieilles péniches usées. Je ne suis pas un objet que l’on peut placer à sa guise, devant des bateaux, sur un étagère ou à côté du poisson. Je suis une humaine comme tout le monde et je ne fais pas de bulles avec mon nez. Sauf la fois ou Sandy m’a fait boire du liquide vaisselle. Je sais bien que je ne suis pas très culturée et que parfois je dis les choses telles qu’elles me parviennent à l’esprit. C’est tellement rare que quelque chose aille jusque là que je m’en voudrais de ne pas en faire profiter mes copines.

Souvent quand je m’endors, je me repose. Et quand je me repose, il arrive que des images se bousculent dans ma tête, comme un petit film qui ne serait pas vrai mais qui se déroulerait dans mon crâne, entre mes deux oreilles, là ou il y a de la place. Je vois de gros Casimirs jaunes qui m’appelle en riant tout en me caressant le silicone. Ils m’entraînent dans un pays enchanté ou tout ce que je dis semble les intéresser. Je traverse de petits villages roses ou des gens à moustache m’acclament et m’appellent « Grand soleil du savoir aux yeux bleus et au string fushia ». C’est très agréable de se sentir révérer pour son esprit. J’adore. La seule chose qui m’inquiète un peu est qu’ils semblent connaître la couleur  de mon string. Mais je me rassure en constatant que je ne porte que ça. Heureusement que je n’ai pas mis ma culotte mémé marron. « Grand soleil du savoir aux yeux bleus et à la culotte de mémére marron », c’était quand même pas terrible. J’arrive enfin devant une petite île qui ressemble à l’île de la tentation. Le genre palmier, sable blanc et eaux turquoises. Je me demande ce que les turcs viennent faire là d’ailleurs. Un géant bodybuildé m’accueille avec un sourire accueillant. Quand je me retourne pour saluer les Casimirs, ils ont disparu soudainement de manière très soudaine. Je me sens irrésistiblement attiré par le géant, qui me prend dans ses bras puissants et me susurrent des mots insensés que je ne comprend pas. Je sais juste qu’il va me faire du bien et que je suis un peu fatiguée d’avoir utiliser ma synapse pour communiquer avec les gentils moustachus du pays enchanté. C’est à ce moment que je me réveille. Dans mes bras il y a toujours mon Casimir en peluche et sur le mur, en face de mon lit, il y a toujours la photo de Yannick, le beau gosse de l’île de la tentation, si fin, si gentil qui n’aime pas les filles artificielles car il n’y a rien à l’intérieur et qu’en plus elles sont un peu superficielles. C’est mon idole. Je voudrais tellement le rencontrer, lui dire que je l’aime et que s’il veut, je peux coucher avec lui. Que je le ferais parce que je l’aime et que ça m’empêche de rêver, ce qui est tout de même très fatiguant. Je le ferais parce que je ne suis pas artificielle et que je ne suis pas vide à l’intérieur. Je suis pleine de pensées qui arrivent en tourbillon, tellement vite que je n’arrive pas à les saisir. Je le ferais aussi parce que je suis bonne, trop bonne.

Je vous écris pour que vous m’aidiez à trouver l’homme qui me fera oublier Yannick. Aider moi à comprendre mon rêve, pourquoi Casimir, pourquoi une île, pourquoi un géant bodybuildé, pourquoi des moustachus ??  Si ça peut vous aider, mon père est portugais, ainsi que ma mère, et ils portent tous les deux la moustache. Je suis blonde, et alors, je le vaux bien.

Kiss à vous, mon string et moi, on attend de vos nouvelles,

Cindy.

Edouard.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les clics de Narcisse, du mariage pour tous et d’une chèvre mélancolique

Mes bien chers frères humains, petites chèvres et moutons bien gras, le mariage pour tous n’en finit pas de générer […]

La démocratie conchylicole ou le rêve français d’Eva Joly

Hier soir, devant un public encore vert, la candidate Eva Joly déclarait que sa conception du rêve français était « la […]

Impasse Adam Smith – Brèves remarques sur l’impossibilité de dépasser le capitalisme sur sa gauche – Michéa – EEE

  Jean Claude Michéa est honnête, c’est une qualité rare, surtout pour un socialiste. Heureusement pour le lecteur, il fait […]

Retour de vacances, de la culture du temps à celle de l’espace ou comment le touriste transforme peu à peu le monde en hall des expositions

De retour de Thaïlande, pays où le touriste écrasé de chaleur rend l’âme devant l’image d’un dieu gras et placide, […]

La fête de la musique, la fête des petits merdeux

La fête de la musique est une invention de petits merdeux pour les petits merdeux. Tous les petits merdeux au […]

Fabrice Luchini – La Fontaine, Baudelaire, Hugo, Nietzsche… – Théâtre de l’Atelier – EEE

Fabrice Luchini est un être merveilleux. Un ange de nos campagnes descendu des sphères pour chanter les louanges de la […]

ArtDesign by Ellyn |
pour le plaisir....rêve,mag... |
converseyourself |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamioutta
| Précieux papiers
| Et un p'tit tour