Propale théâtre Mai 2009 dans Propales theatre schopenhauer

« Les hommes sont mille fois plus acharnés à acquérir des richesses que la culture, bien qu’il soit parfaitement certain que le bonheur d’un individu dépend bien plus de ce qu’il est que de ce qu’il a », Arthur Schopenhauer un soir de cuite mémorable.

Comme le philosophe allemand, sachons reconnaître le lieu du bonheur, qui n’est pas au fond d’une chopine ou dans la couture d’un portefeuille, paradis artificiels, mais dans le velours rouge d’un fauteuil d’orchestre. L’argent est un leurre, la propriété une chimère, vive le Québec libre. A moins bien sûr que l’homme ne soit ce qu’il possède, ce qui finit toujours par arriver aux Etats-Unis. Quand vous demandez son identité à un américain, il répond généralement « J’ai une grosse voiture ». S’il vous répond « Je pense donc j’essuie », il s’agit d’un parisien qui se prend pour Desproges, c’est donc un horrible et facétieux petit menteur qu’il convient de rouer de coups.

panda dans Propales theatre

En France, nous ne sommes pas aux Etats-Unis. La remarque est fortuite mais indispensable. Bien que nos politiques glissent allégrement sur la pente d’un libéralisme joyeux, plus dure sera la chute, quelques contestataires de tous poils n’hésitent pas à remettre en question le prix de l’essence et par extension le coût de la vie. Un pays où l’argent reste une monnaie d’échange est un pays qui ne mesure pas la richesse de ses habitants au poids de leur bourse. Il n’est de richesse que d’hommes, c’est bien vrai Emile et je t’approuve.

En France la culture n’est pas ce qui distingue le nanti du miséreux, la culture ne se résume pas à une enseigne, encore moins à une marchandise que l’on brade, c’est encore le moyen de dépasser la bête qui est en nous. Le libéralisme ne conteste pas la culture comme dépassement de l’état de nature, il prétend juste que le dépassement de l’état de nature n’est pas le plus sûr moyen d’accéder au bonheur. Les pandas sont très heureux. Partant de ce postulat, ce qu’on appelle culture est à peine un patrimoine, tout juste un enrobage, un environnement qu’une communauté partage et visite de temps à autre, à l’heure des repas, frites et coca pour tout le monde.

Personnellement je trouve cette idée de culture très vilaine et mon âme parisienne s’élève en protestations véhémentes. La culture, avec un gros CUL, c’est ce qui constitue l’identité de l’homme. Sans culture, l’homme est une moule, un ectoplasme indiscernable, semblable à tous, interchangeable à l’infini, organisme vivant qui se contente de végéter. Or l’homme n’est pas qu’une biologie compliquée, un déversoir à merdes ou un cerveau multifonction, c’est aussi une âme. Oui, Dorothée, la femme aussi est une âme. Les indiens d’Amérique du Sud probablement mais c’est moins clair. L’âme est la différence. La phrase précédente peut servir de citation. A la fin d’un mail professionnel, ça tape. Si on ne nourrit pas son âme, elle meurt et on devient pareil. Or on ne nourrit pas son âme avec des frites et du coca mais avec de la vraie culture.

Aller au théâtre constitue une pratique qui s’apparente à l’ingestion d’une bonne grosse part de vraie culture. Notre âme est calée pour quelques temps et si elle n’est pas atteinte de diahrée chroniques, épanchements dont la mienne est coutumière, elle aura acquis suffisamment de matière pour constituer une identité recevable. Et ça, c’est bath. J’écris parfois comme Jean d’Ormesson.

Voici la propale de mai. Un seul spectacle déja décrit car je suis paresseux.

La dame de chez Maxim – Feydeau

Théâtre de l’Odéon – Jeudi 28 – 20h

J’ai déja écrit à propos de cette pièce qui est l’un des évenements de la saison théâtrale, suivez le lien. Rires garantis.

Edouard.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les clics de Narcisse, du mariage pour tous et d’une chèvre mélancolique

Mes bien chers frères humains, petites chèvres et moutons bien gras, le mariage pour tous n’en finit pas de générer […]

La démocratie conchylicole ou le rêve français d’Eva Joly

Hier soir, devant un public encore vert, la candidate Eva Joly déclarait que sa conception du rêve français était « la […]

Impasse Adam Smith – Brèves remarques sur l’impossibilité de dépasser le capitalisme sur sa gauche – Michéa – EEE

  Jean Claude Michéa est honnête, c’est une qualité rare, surtout pour un socialiste. Heureusement pour le lecteur, il fait […]

Retour de vacances, de la culture du temps à celle de l’espace ou comment le touriste transforme peu à peu le monde en hall des expositions

De retour de Thaïlande, pays où le touriste écrasé de chaleur rend l’âme devant l’image d’un dieu gras et placide, […]

La fête de la musique, la fête des petits merdeux

La fête de la musique est une invention de petits merdeux pour les petits merdeux. Tous les petits merdeux au […]

Fabrice Luchini – La Fontaine, Baudelaire, Hugo, Nietzsche… – Théâtre de l’Atelier – EEE

Fabrice Luchini est un être merveilleux. Un ange de nos campagnes descendu des sphères pour chanter les louanges de la […]

ArtDesign by Ellyn |
pour le plaisir....rêve,mag... |
converseyourself |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamioutta
| Précieux papiers
| Et un p'tit tour