Ivanhoé à la rescousse ! - William Thackeray - EE dans Les lectures d'Edouard 9782743619732

Le roman de chevalerie est un genre très couru par les jeunes gens, on y croise de preux écuyers, des jouvencelles en pamoisons et de très gentils moins qui fleurent bons la bibine, la bure dehors, le gras dedans. C’est également un genre en kilt car la plupart des auteurs sont écossais, ils portent de grosses moustaches rousses et se prénomment Walter. Walter Scott est le plus illustre d’entre eux. Il a secouru de nombreuses veuves, quelques orphelins, guerroyé contre le royaume de France, pays de galipettes et porté au pinacle un obscur chevalier saxon répondant au doux patronyme d’Ivanhoé.

Les récits de Walter Scott se passent au moyen âge, un moyen âge en technicolor où les tuniques sont propres et soyeuses, où les troubadours ont des allures de Francis Lalanne, où la guerre est une occupation saine éloignant pour un temps les adolescents turbulents des pénates confortables. On y trucide avec délicatesse, les hallebardes pendent aux culs des chevaux et l’homme sur son fier destrier est un héraut des temps anciens. Les croisades sont de charmantes équipées dans le désert armoricain et le maure à peine plus qu’un chacal. Les gentes dames sont blondes et pieuses, croupissent dans des donjons en se caressant la natte et finissent par épouser un gentil chevalier qui leur fait 15 enfants dont pas un ne survit au-delà de trois ans, sauf le débile.

Evidemment le gentil chevalier de roman est en réalité un tas de graisse coincé dans une armure, évoquant plus sûrement le confit de canard en conserve que le discobole habillé. Son haleine est fétide, sa peau graisseuse est piquetée de petits volcans de sebums car il ne prend qu’un bain par an et ses appétits sont ceux d’une bête. La damoiselle blonde s’appelle Rowena, consonances douteuses, et a perdu ses dents à l’âge de douze ans parce qu’elle refusait de boire du lait. Le couple est charmant, Walter Scott en a fait un roman. 

Thackeray, autre génie de la littérature anglo-saxonne aime bien Walter Scott et son Ivanhoé mais il n’apprécie pas la fin du roman. Rowena est trop blonde et Ivanhoé désespérant d’ennui. Dans Ivanhoé à la rescousse, il imagine la suite de l’histoire juste après le mariage du héros avec la princesse aux cheveux jaunes. La suite qu’il invente est joyeuse et l’humour corrosif. Rowena est une pimbêche coassante, confite en dévotions tandis qu’Ivanhoé est un doux rêveur sans organe qui ne trouve la paix qu’en éventrant du sarrasin. Secrètement il regrette l’amour de Rebecca, juive brune au regard incendiaire à laquelle Elizabeth Taylor prête ses traits dans l’adaptation hollywoodienne. Pour oublier cet hymen coupable, le jeune marié rejoint Richard Cœur de Lion, brute formidable et sanguinaire, 2m37 portant couronne et hermine.

Thackeray s’en donne à cœur joie dans ce pastiche hilarant du roman de chevalerie, il donne la preuve que les anglais n’ont pas attendu les Monty Python pour être drôle. Les anglais sont les inventeurs de l’humour en littérature, suivez le lien, et Thackeray ne fait pas défaut à cette longue tradition de causticité. Son récit ironique a la modernité d’un Sacré Graal ! Il a en outre l’avantage de la brièveté, moins de 100 pages. Ce qui n’a pas dû être facile pour un écrivain dont le chef d’œuvre La foire aux vanités en compte dix fois plus.

De quoi se morceler la glotte pour un aller Balard, Créteil. Que demander de plus ? EE.

Edouard.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les clics de Narcisse, du mariage pour tous et d’une chèvre mélancolique

Mes bien chers frères humains, petites chèvres et moutons bien gras, le mariage pour tous n’en finit pas de générer […]

La démocratie conchylicole ou le rêve français d’Eva Joly

Hier soir, devant un public encore vert, la candidate Eva Joly déclarait que sa conception du rêve français était « la […]

Impasse Adam Smith – Brèves remarques sur l’impossibilité de dépasser le capitalisme sur sa gauche – Michéa – EEE

  Jean Claude Michéa est honnête, c’est une qualité rare, surtout pour un socialiste. Heureusement pour le lecteur, il fait […]

Retour de vacances, de la culture du temps à celle de l’espace ou comment le touriste transforme peu à peu le monde en hall des expositions

De retour de Thaïlande, pays où le touriste écrasé de chaleur rend l’âme devant l’image d’un dieu gras et placide, […]

La fête de la musique, la fête des petits merdeux

La fête de la musique est une invention de petits merdeux pour les petits merdeux. Tous les petits merdeux au […]

Fabrice Luchini – La Fontaine, Baudelaire, Hugo, Nietzsche… – Théâtre de l’Atelier – EEE

Fabrice Luchini est un être merveilleux. Un ange de nos campagnes descendu des sphères pour chanter les louanges de la […]

ArtDesign by Ellyn |
pour le plaisir....rêve,mag... |
converseyourself |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamioutta
| Précieux papiers
| Et un p'tit tour