Rétrospective Cartier-Bresson - MAM - EEE dans Les sorties d'Edouard cartier-bresson01-203x300Notre vie est la somme d’instants fugitifs.

L’instant fugitif remonte à la plus haute antiquité. Les solides philosophes grecs, barbus amateurs de Feta, gardaient à l’égard du présent une circonspection de midinette, le temps s’en va madame, le temps s’en va, le présent n’est déjà plus, il n’est qu’un instant qui s’enfuit et l’on épuise ses tripes à le rattraper. C’est pourquoi ils préféraient taper quelques chopines dans la taverne de Patmos et discuter avec de charmants bergers de doute métaphysique, de cavernes ombrageuses et du tonneau de Diogène. Ce qui n’existe que dans notre conscience a peu d’intérêt, on ne crée pas de système philosophique sur du vent, l’instant est perdu, il ne palpite que dans notre imagination, petit joyaux iridescent serti dans une histoire, il est décoratif et inutile. Le penseur grec a l’esprit large, comme les narines de Socrate que la nature avait doté d’un pif dispendieux, il n’aime pas fatiguer son neuronique en élucubrations psychologiques vaines mais construit des mondes ou le plus petit pet à des résonnances universelles.

L’histoire de la pensée est une longue dégringolade du sommet de l’Olympe, le regard embrasse l’univers et l’intelligence cimente une métaphysique, au bas de la pente, on ratiocine le brin d’herbe, on évangélise le lombric, on psychologise des navets. Aujourd’hui il n’est plus question de métaphysique, le savant scrute l’homme et ses appétits médiocres. La psychologie est le refrain des nouveaux savants mais la psychologie est menteuse car elle se fonde sur ce qui n’a pas de réalité, sur l’imagination combleuse de vide*. Et surtout elle ne donne pas le sens. L’homme est une pétouille. Un fétu dans un grand brasier, à quoi sert de souffler sur l’étincelle quand c’est au foyer qu’elle s’alimente ? Je vous pose la question Emile.

La rétrospective consacrée à Cartier-Bresson au Musée d’Art Moderne de la ville de Paris célèbre l’instant fugitif. Elle rend compte de l’intérêt moderne pour l’homme et ses histoires, pourtant Cartier-Bresson est un photographe humaniste qui se défendait de l’être. Il replace l’instant fugitif à sa juste place, décorative, belle, insaisissable. L’instant fugitif n’est rien, il est un temps suspendu dans la vie d’un homme et n’a pas d’autre signification. Le figer pour l’éternité n’a d’autre valeur qu’artistique. Vouloir tirer un peu plus que de la beauté de ces clichés, un jus, un sens, un enseignement est une illusion. Ils ne tiennent que par le cadre, la lumière, la composition et c’est tout le talent de Cartier Bresson.

cartier-bresson dans Les sorties d'Edouard

Cartier-Bresson ne choisissait pas ses sujets pour ce qu’il voulait leur faire dire. Son œil véritable était son objectif et cet objectif était guidé par le hasard. Rien de plus providentiel que le hasard. Les moments que surprend Cartier-Bresson sont d’un quotidien désarmant, d’une banalité à pleurer, ils sont transfigurés par l’art du photographe. Et l’instant disparaît, ne reste que la beauté. Cette transmutation de l’instant en éternité par la beauté est un poncif de l’art photographique. Cartier-Bresson le porte à la perfection. Il détruit le sujet, en retire tout le sens, nie jusqu’à la fugacité de l’instant et livre des images admirables dont l’appréciation n’est pas subjective ou même raisonnable. Quand le jugement esthétique ne dépend ni du sujet, ni de la raison et qu’il est partagé par tous, on peut être sûr de la beauté de l’œuvre. Ce n’est pas moi qui le dis, c’est Kant et Kant ne se trompe jamais car Kant est allemand.

Finalement Cartier-Bresson est un vieux penseur grec chenu qui a dans la touffe des idées de monde entier et qui sait bien que l’instant n’est rien, que l’homme n’est rien, que seul la beauté compte, car la beauté reste, car la beauté est universelle et qu’elle donne un sens. EEE.

Edouard.

Pour les petits Emile qui m’ont lu jusqu’au bout, suivez le lien pour en savoir davantage sur les photographes humanistes. Et merci…

*Simone Weil

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les clics de Narcisse, du mariage pour tous et d’une chèvre mélancolique

Mes bien chers frères humains, petites chèvres et moutons bien gras, le mariage pour tous n’en finit pas de générer […]

La démocratie conchylicole ou le rêve français d’Eva Joly

Hier soir, devant un public encore vert, la candidate Eva Joly déclarait que sa conception du rêve français était « la […]

Impasse Adam Smith – Brèves remarques sur l’impossibilité de dépasser le capitalisme sur sa gauche – Michéa – EEE

  Jean Claude Michéa est honnête, c’est une qualité rare, surtout pour un socialiste. Heureusement pour le lecteur, il fait […]

Retour de vacances, de la culture du temps à celle de l’espace ou comment le touriste transforme peu à peu le monde en hall des expositions

De retour de Thaïlande, pays où le touriste écrasé de chaleur rend l’âme devant l’image d’un dieu gras et placide, […]

La fête de la musique, la fête des petits merdeux

La fête de la musique est une invention de petits merdeux pour les petits merdeux. Tous les petits merdeux au […]

Fabrice Luchini – La Fontaine, Baudelaire, Hugo, Nietzsche… – Théâtre de l’Atelier – EEE

Fabrice Luchini est un être merveilleux. Un ange de nos campagnes descendu des sphères pour chanter les louanges de la […]

ArtDesign by Ellyn |
pour le plaisir....rêve,mag... |
converseyourself |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamioutta
| Précieux papiers
| Et un p'tit tour