Bulots très chers, la vie est courte, il faut en profiter.

Propale théâtre Novembre 2009 dans Propales theatre j-aime-pas-l-automne

Le mois de Novembre est le onzième mois de l’année, l’antépénultième, le mois durant lequel la pluie, le froid et les feuilles mortes font chuter les vieux tromblons sur les grands boulevards. On dénombre près de cinquante chutes de vieux rue Vavin entre le 10 et le 13 de Novembre, c’est une hécatombe. Quand je rentre le soir, je dois enjamber les corps convulsés de mamies aux cheveux bleues et j’en ai des frissons le long de l’odalisque. Parfois elles agrippent ma cheville en geignant, poussant au travers de leurs mâchoires sans dent un soupir chuintant à vous dresser les tifs sur la coquille. Je ne m’attarde pas mais je perds l’appétit et mon humeur s’assombrit. On devrait poser des panneaux signalant les zones où les éboulements gériatriques compromettent la circulation des promeneurs. Ils seraient triangulaires, les contours d’une Bernadette dessinés au centre et dessous, de petites lampes clignoteraient.

Les barbons tombent, le soleil s’efface et dans nos petits cœurs tout rose éclot la douce mélancolie de l’automne. Il ne faut pas se laisser prendre à cette langueur mauvaise. Dans le métro, quand je croise un travailleur, la mine sale et la paupière gonflée de sommeil, je lui dis « Ecoutes camarade, la vie est belle, les oiseaux chantent et ta trombine pourrit mon paysage ».

  dans Propales theatre

L’automne est la saison de Maman cherche l’amour sur M6, c’est une saison magnifique. Les bécasses sortent du bois, font tinter le grelot et agitent la touffe au nez des mâles, la chaussette blanche consciencieusement glissée dans le mocassin. Cette parade toute simple doit nous remplir de béatitude, c’est la vie qui continue, bientôt des tiges gorgées de sève naîtront d’alertes petits bourgeons. Quand ils éclateront au printemps, ils s’écrieront « Nous sommes des enfants de l’automne, maman est une bécasse et papa un supporter du PSG, ma vie est belle, je dis merci à la vie, je dis merci au soleil, je dis merci…». Paf. Une bonne taloche sur le joufflu et le gniard moulera son groin tout boutonneux.

Pétoncles chéris, l’automne n’est pas une saison triste, les arbres se dotent d’une coiffe dorée, à 15h la lumière du crépuscule embrase le pont des arts, sur les trottoirs brillants tintinnabulent les gouttes de pluie, les passants ont le nez rose, l’œil vif, et dans les rames de métro surgit des capes de laine une vapeur blanche et magique qui enivre nos transports. C’est la saison durant laquelle est né Bambi. Bien sûr c’est aussi le temps des glaires, de la chandelle verte qui se balance au bout des tarins scarifiés, le temps du punk à chien qui fout son clébard pustuleux contre votre jambe, le temps des caleçons mouillés alors qu’ils sèchent depuis un mois contre la fenêtre, le temps des clôtures budgétaires, des bouclage de projets jamais commencés, le temps de la choucroute, du couscous garbit et de la bidoche, le temps, enfin, durant lequel la peau de vos mains évoque la flore intestinale de Demis Roussos.

Mais tout cela n’est pas grave, tout cela ne doit pas nous toucher car l’automne, c’est surtout la période où l’on voit les spectacles de théâtre les plus réussis. La saison théâtrale a commencé depuis deux mois, toutes les pièces ont été critiquées, il est impossible de se tromper et de choisir un spectacle médiocre. Voici ceux que je propose :

La nuit des rois - Shakespeare – Théâtre Comedia

28675

Jeudi 19 Novembre – entre 20 et 30€

Cette comédie de Shakespeare est une splendeur. Le film qu’en a tiré Trevor Nunn avec Helena Bonham Carter aussi. La pièce est un événement de la saison, il est rare qu’un théâtre privé prenne le risque de monter une pièce classique avec une troupe aussi nombreuse. C’est alerte, spirituel, drôle, émouvant, on ne s’ennuie pas.

Alex Lutz – Le Point Virgule

 alex-lutz

Jeudi 26 Novembre – 12€

C’est la future « très » grande star de l’humour. Il a déjà sa pastille télévisuelle sur M6. Il a été un nazi hilarant dans OSS 117 à Rio et il a mis en scène Audrey Lamy au théâtre Le temple (pour la « critique » de ce spectacle, suivez le lien). Incontournable.

Pour les abonnés, la réponse est souhaitée avant le jeudi 5.

Edouard.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les clics de Narcisse, du mariage pour tous et d’une chèvre mélancolique

Mes bien chers frères humains, petites chèvres et moutons bien gras, le mariage pour tous n’en finit pas de générer […]

La démocratie conchylicole ou le rêve français d’Eva Joly

Hier soir, devant un public encore vert, la candidate Eva Joly déclarait que sa conception du rêve français était « la […]

Impasse Adam Smith – Brèves remarques sur l’impossibilité de dépasser le capitalisme sur sa gauche – Michéa – EEE

  Jean Claude Michéa est honnête, c’est une qualité rare, surtout pour un socialiste. Heureusement pour le lecteur, il fait […]

Retour de vacances, de la culture du temps à celle de l’espace ou comment le touriste transforme peu à peu le monde en hall des expositions

De retour de Thaïlande, pays où le touriste écrasé de chaleur rend l’âme devant l’image d’un dieu gras et placide, […]

La fête de la musique, la fête des petits merdeux

La fête de la musique est une invention de petits merdeux pour les petits merdeux. Tous les petits merdeux au […]

Fabrice Luchini – La Fontaine, Baudelaire, Hugo, Nietzsche… – Théâtre de l’Atelier – EEE

Fabrice Luchini est un être merveilleux. Un ange de nos campagnes descendu des sphères pour chanter les louanges de la […]

ArtDesign by Ellyn |
pour le plaisir....rêve,mag... |
converseyourself |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamioutta
| Précieux papiers
| Et un p'tit tour