Propale théâtre - Mars 2010 dans Propales theatre neige-de-reve

Le mois de Mars est le mois le plus ringard de l’année.

Au cours du mois de mars Karl Lagerfeld reste enfermé chez lui, il regarde la porte de son frigidaire, entend la pluie battre les vitres, chipote peut être une assiette de cassoulet mais n’éprouve jamais d’élan créatif. Aucune idée ne vient perturber son cycle hormonal, il est en état de claustration saisonnière, comme la marmotte ou le thon si le thon hibernait. Il n’y a guère que Marc Levy pour exercer sa créativité au mois de mars, généralement c’est à cette époque qu’il trouve le titre de ses romans. Le dernier Un, deux, toi est assez caractéristique d’une imagination dont l’activité se restreint au troisième mois de l’année. Quitte à révéler quelques défaillances en calcul mental, il me semble  que Quatre, cinq, saucisse eut été un titre plus fort.

Personne ne se souvient de ce qu’il a fait au mois de Mars, à moins d’avoir gagné un Oscar ou d’avoir participé au semi marathon. Généralement, on range mars dans le compartiment poubelle de sa mémoire, petit tas de souvenirs indolores évacués dès l’arrivée des premiers jours de soleil. Notre mémoire fonctionne comme un reflex de Panasonic sans flash, elle n’imprime que les événements correctement éclairés. Impossible de me rappeler un épisode de mon enfance qui ne soit pas écrasés par un soleil éclatant, si j’ai le nez rose, un bonnet en laine et des moufles, il s’agit probablement d’une réminiscence d’hiver, en revanche si j’ai la truffe brune, un maillot Cyrillus et du sable dans les cheveux, une réminiscence d’été semble mieux convenir. Les mécanismes héliophiles de notre conscience s’expliquent en grande partie par les théories climatiques du professeur Pédoncule, grand pourvoyeur de savoir et gracieux consultant dont les enseignements ne cessent d’entretenir l’ébullition cérébrospinal des lecteurs de ce blog.

Si l’on se souvient davantage des instants lumineux, c’est parce qu’il s’agit des moments les plus heureux de notre existence. C’est un des effets basiques du climat sur notre psychologie. Nous sommes davantage enclins à nous remémorer les joies que les peines, or l’apparition de la joie nécessite de la lumière, c’est d’ailleurs en cela qu’elle se distingue du plaisir, le plaisir naissant plutôt dans un milieu sombre, chaud et humide, il est donc logique que nos souvenirs soient presqu’exclusivement constitués des événements brillants de notre passé. Au contraire les traumatismes enfantins par temps de pluie se terrent dans les tréfonds de notre conscience et il faut bien souvent l’aide d’un halogène très puissant pour les débusquer, c’est le phénomène de résilience. Bombardez de photons Emile Louis ou Jean Pierre Treiber, vous les transformerez en petits agneaux à la mamelle. Un thermostat 7 pendant deux heures est tout indiqué. A une échelle plus réduite, l’exposition prolongée aux radiations lumineuses permet de soigner les dépressions, Jacques Séguéla en est la meilleure preuve. Le vice chevillé à la rondelle depuis l’enfance, notre vaillant publiciste a su transformer ce très lourd handicap moral en l’exposant régulièrement aux lampes à UV, peu à peu sa vénalité, son opportunisme et sa bêtise ont pris la couleur bronze caractéristiques de l’argent, du succès et des honneurs.

jacques-seguela dans Propales theatre

C’est ainsi que les pays où il fait bon vivre sont les pays bénéficiant d’un climat ensoleillé, sec de préférence, ni trop chaud, ni trop froid, quand nous avons trop chaud, nos pores secrètent un film de sueur rendant la pénétration des photons délicate tandis que le froid nous oblige à revêtir de multiples fourrures, visons, lapins ou ours polaires limitant l’irradiation. La France est le pays dont le climat favorise le plus l’humeur de ses habitants. D’après un calcul savant du professeur Pédoncule, le point exact où la conjonction des différents facteurs climatiques intervenant dans la constitution de notre humeur, éclairement et température, serait la plus favorable est l’intersection du boulevard Montparnasse et de la rue Vavin dans le sixième arrondissement. Malheureusement ce point G du bonheur est occupé par un sdf dont l’odeur répugnerait Mère Thérésa.

Néanmoins, afin de se constituer un portefeuille d’instants précieux au cours de ce mois, plutôt que l’achat d’un flacon de Lancôme qui ne vous en donnera que le parfum, je vous recommande la fréquentation des théâtres parisiens, ils sont toujours fantastiquement éclairés. Ils sont aussi sombres, chaud et humide pendant le spectacle. Si vous n’êtes pas heureux à l’entracte, peut être éprouverez vous quand même du plaisir, maigre compensation mais il ne faut pas être difficile.

Régis Mailhot – Comédie de Paris

Mercredi 17 – 21h30

sp_33885_g

Régis Mailhot a donné son nom à la porte. C’est dire son talent et l’importance de sa pensée dans la construction de notre identité nationale, la France sait être reconnaissante envers ses grands intellectuels. Son rapport est un incontournable.

Audition – Jean Claude Carrière – Théâtre Edouard VII

Mercredi 31 – 21h 

sp_34933_g

J’ai toujours voulu voir Jean Pierre Marielle sur scène. Comme le disait le grand Arno Klarsfeld « L’Audi Sion est la meilleure des voitures pour voyager en Palestine ». Merci Arno, tu es grand, tu es beau.

Edouard.

2 Réponses à “Propale théâtre – Mars 2010” Subscribe

  1. Caroline 9 mars 2010 à 8:01 #

    Il faut voir absoluement la piece avec melanie laurent a la pepiniere pour garder enfin une trace sur mars!…

  2. Edouard 9 mars 2010 à 19:41 #

    Tu as raison, j’ai oublié cette pièce dont j’avais pourtant lu de très bonnes critiques (notamment à propos de la prestation de Mélanie Laurent), il y a beaucoup d’excellentes spectacles en ce moment à l’affiche, on ne sait que choisir, alors autant se fier au jugement de ceux qui les ont vues! Merci du conseil!
    Edouard.

Laisser un commentaire

Les clics de Narcisse, du mariage pour tous et d’une chèvre mélancolique

Mes bien chers frères humains, petites chèvres et moutons bien gras, le mariage pour tous n’en finit pas de générer […]

La démocratie conchylicole ou le rêve français d’Eva Joly

Hier soir, devant un public encore vert, la candidate Eva Joly déclarait que sa conception du rêve français était « la […]

Impasse Adam Smith – Brèves remarques sur l’impossibilité de dépasser le capitalisme sur sa gauche – Michéa – EEE

  Jean Claude Michéa est honnête, c’est une qualité rare, surtout pour un socialiste. Heureusement pour le lecteur, il fait […]

Retour de vacances, de la culture du temps à celle de l’espace ou comment le touriste transforme peu à peu le monde en hall des expositions

De retour de Thaïlande, pays où le touriste écrasé de chaleur rend l’âme devant l’image d’un dieu gras et placide, […]

La fête de la musique, la fête des petits merdeux

La fête de la musique est une invention de petits merdeux pour les petits merdeux. Tous les petits merdeux au […]

Fabrice Luchini – La Fontaine, Baudelaire, Hugo, Nietzsche… – Théâtre de l’Atelier – EEE

Fabrice Luchini est un être merveilleux. Un ange de nos campagnes descendu des sphères pour chanter les louanges de la […]

ArtDesign by Ellyn |
pour le plaisir....rêve,mag... |
converseyourself |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamioutta
| Précieux papiers
| Et un p'tit tour