Portnoy et son complexe - Philip Roth - EEe dans Les lectures d'Edouard PhilipRoth-PortnoyEtSonComplexe-copie-1-185x300Portnoy et son complexe est l’histoire d’un juif obsédé sexuel et c’est un best seller mondial. On en vend à Bagdad, Dubaï et probablement à Châlons-sur-Marne, la pornographie fait d’autant plus recette qu’elle infuse dans une religion dont la pratique exige l’élimination du prépuce. Freud n’aurait jamais eu autant de disciples s’il avait été baptiste. S’il me vient un jour l’idée d’écrire un best seller, plût au ciel que ce jour n’arrive jamais, je raconterais la vie d’un musulman atteint de priapisme.

Le livre de Philip Roth est la longue confession de Portnoy sur le divan psychanalytique du professeur Spiegvogel. Enfance, adolescence, jeunesse d’un juif américain, ce n’est pas du Tolstoï mais c’est presqu’aussi dépaysant. Le roman compile les clichés avec talent, la mère juive est castratrice, le père juif est affairé, le fils juif est aussi nickelé qu’une pièce de monnaie. Dans une famille à ce point cartographiée, réunie par la littérature en famille témoin Ikea des frustrations de base, le petit Portnoy a la culotte qui le démange, il voudrait bien libérer le prédateur sexuel qui sommeille dans les coutures mais son inconscient collectif de petit youpin lui susurre que ce serait mal. Alors il zieute ses voisines américaines nourries aux céréales, rêve d’un autre monde et grandit en se tirant la nouille. A part ça ? Rien de bien nouveau.

Depuis 1969, date de parution du livre de Philip Roth, le temps a passé, la peinture des émois masturbateurs du jeune Portnoy paraît moins provocante que datée. Le style emporté a bien quelques éclats de fièvre mais reste la plupart du temps aussi lisible qu’un programme présidentiel. La logorrhée du patient ne brille pas non plus par son originalité, on y retrouve tous les poncifs de la psychanalyse, c’est attendu comme Madeleine. Le petit bijou de ses parents, frotté à l’écrin d’une culture ancestrale et hautement spirituelle se découvre des appétits de bêtes, il en éprouve une contrition si tenace qu’elle lui gâche son plaisir, c’est convenu, vu des milliers de fois, on se croirait chez Cuir Center, le professeur Spiegvogel en représentant de canapés.

L’humour de Philip Roth sauve le livre. Portnoy est plein d’autodérision et le regard ironique qu’il jette sur ses parents s’il n’est pas exempt d’un peu d’amertume éclaire la communauté des juifs américains des années 70 d’une tendre lumière. J’aurais voulu être juif pour avoir autant d’humour que les écrivains juifs, de Philip Roth à Howard Jacobson (voir la critique de la Question finkler), ils écrivent des romans plein d’une mélancolie rieuse, on retrouve un peu de cet esprit délicat dans les films des frères Coen.

Surévalué mais drôle. EEe.

Edouard.

Lire dans ce blog:

A serious man – Joel et Ethan Coen – EE

Burn after reading – Joel et Ethan Coen – EEE

Les 10 livres les plus drôles

Une réponse à “Portnoy et son complexe – Philip Roth – EEe” Subscribe

  1. alexisbrunet 26 juin 2012 à 16:54 #

    Bonjour Edouard et Marie-Chantal.

    Merci pour ces informations sur ce bouquin. Je ne savais pas qu’il avait été un best-seller à ce point, et qu’il avait été même vendu à Bagdad, notamment.

    Concernant le livre en lui-même, je l’ai lu il y a deux mois, après avoir beaucoup apprécié « La Contrevie », du même auteur.
    Pour Portnoy, mon ressenti est que je ne m’attendais pas un truc autant axé sur le sexe (et la masturbation). J’avoue que j’en ai presque été choqué. Disons qu’à la longue cela m’a fatigué.
    Peut-être que j’aurais dû me renseigner avant sur le contexte dans lequel il a été écrit. Année 1969, notamment. Vous avez raison de rappeler toute l’autodérision du récit, et son ironie, en effet. Cela m’éclaire.
    Reste que je l’ai refermé en laissant quelques pages en suspens.
    Voilà, c’était un petit ressenti sur un des livres que j’ai lu cette année. J’espère que vous l’apprécierez.
    Je reviendrai jeter un coup d’oeil à l’occasion sur votre blog.

    Bien à vous,

    Alexis.

    Dernière publication sur Actualités, Opinions, Lecture et présentation de mes ouvrages de fiction. : La garçonnière (Hélène Gremillon)

Laisser un commentaire

Les clics de Narcisse, du mariage pour tous et d’une chèvre mélancolique

Mes bien chers frères humains, petites chèvres et moutons bien gras, le mariage pour tous n’en finit pas de générer […]

La démocratie conchylicole ou le rêve français d’Eva Joly

Hier soir, devant un public encore vert, la candidate Eva Joly déclarait que sa conception du rêve français était « la […]

Impasse Adam Smith – Brèves remarques sur l’impossibilité de dépasser le capitalisme sur sa gauche – Michéa – EEE

  Jean Claude Michéa est honnête, c’est une qualité rare, surtout pour un socialiste. Heureusement pour le lecteur, il fait […]

Retour de vacances, de la culture du temps à celle de l’espace ou comment le touriste transforme peu à peu le monde en hall des expositions

De retour de Thaïlande, pays où le touriste écrasé de chaleur rend l’âme devant l’image d’un dieu gras et placide, […]

La fête de la musique, la fête des petits merdeux

La fête de la musique est une invention de petits merdeux pour les petits merdeux. Tous les petits merdeux au […]

Fabrice Luchini – La Fontaine, Baudelaire, Hugo, Nietzsche… – Théâtre de l’Atelier – EEE

Fabrice Luchini est un être merveilleux. Un ange de nos campagnes descendu des sphères pour chanter les louanges de la […]

ArtDesign by Ellyn |
pour le plaisir....rêve,mag... |
converseyourself |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamioutta
| Précieux papiers
| Et un p'tit tour