Des raisons de rester pauvre et de la mire des gens bons dans L'humeur d'Edouard depardieuA la lecture de Libération, une grande question assaille ma citadelle, si les pauvres étaient riches, se conduiraient-ils comme des riches ? Evidemment à cette question d’un enjeu métaphysique quasi nul, on serait tenté de répondre comme monsieur Torreton, grand loup de comédien tétant la mamelle du bien, qu’un pauvre devenu riche cesserait aussitôt d’être pauvre, il n’aurait pas tort. Passé de l’autre côté, le pauvre devenu riche se verrait dès lors doté d’un esprit retors, d’une conscience serpillière et  d’un goût douteux pour les montres dorées, la richesse prédispose à tous ces vices car elle dégage l’homme des contraintes matérielles, l’homme riche est libre, il peut se consacrer gaillardement à l’exercice des plus noires perversions sans se préoccuper de sa gamelle ou du paquet de pâtes.

C’est ainsi qu’il vaut mieux pour un pauvre ne jamais devenir riche, l’exemple de Gérard Depardieu devrait convaincre les plus récalcitrants. Voilà un homme pauvre, jeune et beau, au cœur tendre, à la cuisse fluette et à l’haleine enchanteresse, il garde des moutons dans la belle province, un coup du sort, malheureuse providence servant les démoniaques desseins d’une main invisible et cet homme jeune et beau, au cœur tendre, à la cuisse fluette et à l’haleine enchanteresse, devient riche. Enfer et damnation, Gérard se transforme en Silène dégoûtant jusqu’aux plus licencieuses des femmes de chambre du Sofitel. Il ne faut pas se leurrer, la déchéance morale des riches s’accompagne d’un affaissement des lombaires proprement stupéfiant, c’est dans le maintien qu’on reconnaît la droiture, un dos droit ne ment jamais, c’est le dos d’un homme éthique, tandis qu’une bosse ou une scoliose indique une conscience louche. Quand à l’avachissement des vertèbres se joint le renflement de l’épigastre, on tient l’homme riche à coup sûr. C’est ainsi que l’on reconnaît les riches et Philippe Torreton a bien su déceler chez Gérard Depardieu la bedaine accusatrice, il est gros, il est riche.

Voici donc quelques raisons suffisantes de ne pas devenir riche, on est moins bon et l’on est obèse, jambon gigantesque suintant le vice et la luxure, il s’en exhale un fumet de licence et d’oseille étouffant pour les miséreux. C’est écrit dans Libération, c’est donc que ça doit être un peu vrai. Une autre raison, si ces deux n’étaient pas suffisantes, est de ne pas se retrouver dans la mire des gens bons. La mire des gens bons est l’éditorial de Libération. Ce journal se nourrit de vertus, il s’empiffre de bigoteries, il s’enivre d’amour pour les uns mais surtout pour les autres, il est une bondieuserie à lui tout seul, les gens bons lisent Libération en psalmodiant. La mire des gens bons signale le mal aux rêveurs et aux ignorants, elle est bien pratique pour savoir ce qui est bien mais surtout ce qui ne l’est pas. Les hommes mauvais, riches, gras, libres et lubriques lisent Le Figaro, feuille révolutionnaire, en grattant la moelle des côtelettes, c’est assez dégoûtant.

Restez pauvres, cela vaut mieux.

Edouard. 

 

Mots-clefs :, ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les clics de Narcisse, du mariage pour tous et d’une chèvre mélancolique

Mes bien chers frères humains, petites chèvres et moutons bien gras, le mariage pour tous n’en finit pas de générer […]

La démocratie conchylicole ou le rêve français d’Eva Joly

Hier soir, devant un public encore vert, la candidate Eva Joly déclarait que sa conception du rêve français était « la […]

Impasse Adam Smith – Brèves remarques sur l’impossibilité de dépasser le capitalisme sur sa gauche – Michéa – EEE

  Jean Claude Michéa est honnête, c’est une qualité rare, surtout pour un socialiste. Heureusement pour le lecteur, il fait […]

Retour de vacances, de la culture du temps à celle de l’espace ou comment le touriste transforme peu à peu le monde en hall des expositions

De retour de Thaïlande, pays où le touriste écrasé de chaleur rend l’âme devant l’image d’un dieu gras et placide, […]

La fête de la musique, la fête des petits merdeux

La fête de la musique est une invention de petits merdeux pour les petits merdeux. Tous les petits merdeux au […]

Fabrice Luchini – La Fontaine, Baudelaire, Hugo, Nietzsche… – Théâtre de l’Atelier – EEE

Fabrice Luchini est un être merveilleux. Un ange de nos campagnes descendu des sphères pour chanter les louanges de la […]

ArtDesign by Ellyn |
pour le plaisir....rêve,mag... |
converseyourself |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamioutta
| Précieux papiers
| Et un p'tit tour