The Hobbit - Peter Jackson - EEe dans Le cine d'Edouard affiche-hobbit-202x300Bilbo, c’est sainte Thérèse de Lisieux, ce n’est pas moi qui le dit, c’est Gandalf, Gandalf le gris, il porte un chapeau gris, le magicien blanc porte une perruque blanche, on suppose que le sorcier bleu porte une culotte bleue mais rien n’est assuré, la perversion des scénaristes américains est sans limite quand il s’agit de tromper les petits enfants sages. Bilbo est un adepte de la petite voie, celle de Thérèse, il est petit, râblé, son action est d’un impact minime sur l’avenir carbonique de l’atmosphère, il fait son devoir de semi-homme avec conscience et sans ostentation, c’est dans les petites choses que se niche la grâce et Gandalf aime les petites gens, à la dame du Lorien, aux grandes oreilles et sans moustache, il dit qu’un grand pouvoir ne peut rien contre le mal, que parfois le labeur quotidien recèle davantage de puissance, Gruss Gott Emile, mais c’est Sainte Thérèse ! Tout est grâce et tout est dit. Il en faut peu aux âmes éprises de religion, au fond d’une réplique ils découvrent des sédiments de spiritualité jésuite, ils fouaillent ce limon et en tire un enseignement. Tolkien était un redoutable catholique, si la sexualité d’un scribouilleur éclaire son œuvre d’une lueur révélatrice, d’après Najat, ministricule intempestive, quelle lumière autrement plus édifiante sa religion ne doit-elle pas jeter ?

Le film de Peter Jackson, néo-zélandais émérite, le néo-zélandisme est une version recuite du zélandisme, doctrine consistant à filmer de vastes paysages dépourvus d’humains à moins qu’ils ne s’agissent de nains, d’orques ou de gobelins, parfois un vieil homme à chapeau mou et bâton noueux au fond d’un plan, est une réussite ennuyeuse et prévisible. Le zélandisme du réalisateur est agréable, il faut dire que 2h45, c’est la durée incompressible du pensum, lui laisse suffisamment de temps pour déployer son talent d’horticulteur. En revanche cette durée ne prévient pas l’arrière-garde neuronale contre un avachissement progressif et inéluctable, le début, particulièrement long et fastidieux provoque la nécrose des neurones les plus volontaires, c’est le danger des trilogies zélandistes, le début dure beaucoup plus que la fin même si la fin est plus longue, c’est de la philosophie nietzschéenne, paradoxale donc probablement vraie. Le spectacle est pourtant toujours aussi grandiose, de la cité d’Erebor aux confins de Fondcombe, la terre du milieu est superbe, elle est le théâtre d’actions rocambolesques et échevelées, particulièrement pour la compagnie des nains, dont les problèmes capillaires sont un réconfort pour les chauves et un appel au meurtre pour Jacques Dessange, combats de géants de pierre, luttes au cœur d’une montagne, course de lièvres, vol d’aigles royaux, n’en jetez plus, les mirettes sont pleines. Le film est aussi l’occasion de revoir Gollum, personnage emblématique à la psychologie sophistiquée, Gérard Depardieu n’était pas disponible, c’est donc un ordinateur qui prête ses traits au petit monstre, coup de chance ou heureux effet de la technologie, l’ordinateur est bien meilleur que Gérard. C’est la fin des comédiens vivants.

A voir pour attendre la suite. EEe.

Edouard.

5 Réponses à “The Hobbit – Peter Jackson – EEe” Subscribe

  1. Vianney 21 décembre 2013 à 1:22 #

    Bonjour Edouard,

    C’est quoi votre top 10 ciné 2013 alors ?

  2. Edouard 21 décembre 2013 à 11:52 #

    Je n’ai pas été très cinéphile cette année… Récemment, j’ai aimé The Immigrant, Mud figurerait dans le top 10 j’imagine, parmi les grosses machines le deuxième volet d’Hunger Games et Snowpiercer étaient pas mal, parmi les plus confidentielles Frances Ha, côté français j’ai du mal à me souvenir d’un très bon film, peut être Le passé qui n’est qu’à moitié français et qu’à moitié très bon (et sans doute qu’à moitié 2013), j’ai sans doute manqué beaucoup de très belles choses. J’hésite à mettre Hannah Arendt. Et pour vous ? Qu’est-ce que j’ai raté ?

  3. Vianney 21 décembre 2013 à 18:07 #

    Alors cette année, vu plus de rééditions que de nouveautés. Mais sur la grosse cinquantaine de nouveautés vues, je retiendrai : La Vie D’Adèle, seul devant tous les autres. Ne laissez pas les Brighelli vous dissuader de le voir, il doit encore passer au cinéma à Paris je pense. Le Tarantino passons, je sais ce que vous en pensez… Mud bien sûr, The Master avec Joaquin Phoenix, Inside Llewyn Davis, très beau film sur la défaite. Jimmy P, c’était très bien aussi. Déçu par The Immigrant (par rapport à ses précédents films), et un peu aussi par Snowpiercer, audacieux mais desservi par ses acteurs. Frances Ha pas vu. Hannah Arendt honnête, mais sans plus, c’est dur de faire un film sur le travail intellectuel. Et Arendt n’est pas dans mon panthéon…

    Vous connaissez Sébastien Lapaque ? http://www.marianne.net/Qui-sont-les-vrais-penseurs-radicaux_a234464.html

    • Edouard 28 décembre 2013 à 12:06 #

      Déjà croisé ce nom quelque part… Impossible de me souvenir. L’article que vous signalez donne envie de lire le livre, je vais en faire l’acquisition, il va augmenter la pile, rendez-vous dans quelques mois (je consomme la pile par le bas)… Je suis dans une phase plus littéraire, avec une prédilection pour les pamphlétaires début de siècle, le genre violent, les lieux communs de Léon Bloy, souvenirs de Léon Daudet, diatribe de Barrès, j’apprécie le style et l’ironie, le reste un peu moins mais il semblerait qu’écrire bien soit une propriété d’anars de droite, du moins en France. En tous les cas, ça fouette et ça fait sourire.

  4. Vianney 29 décembre 2013 à 16:13 #

    Le genre violent :) Le meilleur !
    Oh mais « la gauche » se défend encore bien, Sartre (ne serait ce que Les Mots), Paul Nizan, Jules Vallès, André Breton… Non non je crois que ça se répartit assez bien.

    Pas encore lu tous ceux que vous nommez à ma grande honte. J’ai L’homme pressé de Morand, et surtout Les Deux Etendards de Rebatet qui m’attendent, je vous laisserai savoir ce que j’en pense. Barrès, je lirai au moins la Colline Inspirée un jour ou l’autre (la colline du titre se trouve à 10 km de chez moi !)

Laisser un commentaire

Les clics de Narcisse, du mariage pour tous et d’une chèvre mélancolique

Mes bien chers frères humains, petites chèvres et moutons bien gras, le mariage pour tous n’en finit pas de générer […]

La démocratie conchylicole ou le rêve français d’Eva Joly

Hier soir, devant un public encore vert, la candidate Eva Joly déclarait que sa conception du rêve français était « la […]

Impasse Adam Smith – Brèves remarques sur l’impossibilité de dépasser le capitalisme sur sa gauche – Michéa – EEE

  Jean Claude Michéa est honnête, c’est une qualité rare, surtout pour un socialiste. Heureusement pour le lecteur, il fait […]

Retour de vacances, de la culture du temps à celle de l’espace ou comment le touriste transforme peu à peu le monde en hall des expositions

De retour de Thaïlande, pays où le touriste écrasé de chaleur rend l’âme devant l’image d’un dieu gras et placide, […]

La fête de la musique, la fête des petits merdeux

La fête de la musique est une invention de petits merdeux pour les petits merdeux. Tous les petits merdeux au […]

Fabrice Luchini – La Fontaine, Baudelaire, Hugo, Nietzsche… – Théâtre de l’Atelier – EEE

Fabrice Luchini est un être merveilleux. Un ange de nos campagnes descendu des sphères pour chanter les louanges de la […]

ArtDesign by Ellyn |
pour le plaisir....rêve,mag... |
converseyourself |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamioutta
| Précieux papiers
| Et un p'tit tour