Les Mille et Une Nuits - Institut du Monde Arabe - EE dans Les sorties d'Edouard affiche-mille-et-une-nuit-ima-paris-select-242x300L’Orient, ses plages, ses déserts et ses nénettes aux ventres mous sont à l’IMA, une exposition consacrée aux 1001 nuits permet d’admirer deux brûle-parfums damasquinés, une porte en bois exotique et trois tableaux de femmes nues, on voilera les yeux de nos enfants chéris.

Les 1001 nuits remonte à la nuit des temps, toute fantasmagorie vient de l’obscurité, l’imagination compense les défauts de la vision, on ne saurait rêver les yeux ouverts, à moins d’être allé manifester le 24 mars dernier, un peu de gaz moutarde dans les orbites et c’est la Vierge qu’on aperçoit au carrefour de l’Obélisque. Ne vous laissez pas tromper, il s’agit d’Audrey Pulvar. Ou d’une femen esseulée. A l’Institut du Monde Arabe, point de vierge ni de méchants céhéresses mais une voluptueuse odalisque, la bouche en cœur et la guibole lascive, Shahrâzâd est la reine du harem, elle raconte monts et merveilles pour échapper à la mort. Elle est semblable au gros Flamby et sa cohorte de ministricules, un peu de poudre aux yeux, une formule magique sur France Télévision : la récession, le chômage et la colère sont oubliés, ne reste qu’un avenir radieux pour tous, un homme nouveau et bon, des gens bons à en crever de bonheur.

Le paradis de Shahrâzâd est plus exotique, les femmes y sont très différentes de hommes, elles excellent à titiller les limites de la décence, le sexe sous la dentelle est un mystère plus attirant qu’une moule sur un rocher, la moule, c’est le genre et Najat est son prophète. On ne peut comprendre Les 1001 nuits qu’au regard de la dichotomie morale marquant la sexualité de nos ancêtres, le défendu et le permis, aujourd’hui la morale est devenu statistique, il y a la norme et ce qui s’en écarte. Dans l’Orient plein de soleil, les pulsions sexuelles étaient raffermies, gonflées par l’interdit, elles pouvaient être sublimées, flot impétueux arrêté par un barrage, elles lançaient Sinbad à l’assaut du monde et Aladin sur un tapis volant, la libération sexuelle a fissuré le barrage, les flots se sont aplanis, ils produisent peu d’électricité mais leurs remous font moins souffrir le cœur.

Cela dit, la lecture sensualiste des 1001 nuits est un héritage de l’Occident, c’est Galland, et surtout Maldrus au XIXème siècle, qui en proposeront une interprétation érotique, les contes originaux étaient des récits ancrés dans une réalité sociale et historique, picaresques, volontiers fantaisistes, ce sont des marchands qui baguenaudent dans la ville arabe, de vieux cocus en quête de jeunesse, de fières matrones transformées en génisses. Les histoires les plus connues en Europe, Aladin, Sinbad ou Ali Baba ne proviennent pas du corpus initial, elles ont été ajoutées par Galland au XVIIIème siècle, plus spectaculaires, plus exotiques aussi, elles exaucent un Orient merveilleux où les génies naissent d’un frottement de lampe.

L’exposition n’est pas sans intérêt, les salles se répartissent selon des thématiques bien identifiées, la vie quotidienne, l’érotisme, la guerre, le monde des djinns et des génies, les contrées lointaines Chine ou Inde, mais c’est finalement la salle ronde, celle des contes, qui remporte le plus de succès, on peut s’y asseoir et écouter des histoires,  très reposant.

Pas exceptionnel, si on a le temps. EE.

Edouard.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les clics de Narcisse, du mariage pour tous et d’une chèvre mélancolique

Mes bien chers frères humains, petites chèvres et moutons bien gras, le mariage pour tous n’en finit pas de générer […]

La démocratie conchylicole ou le rêve français d’Eva Joly

Hier soir, devant un public encore vert, la candidate Eva Joly déclarait que sa conception du rêve français était « la […]

Impasse Adam Smith – Brèves remarques sur l’impossibilité de dépasser le capitalisme sur sa gauche – Michéa – EEE

  Jean Claude Michéa est honnête, c’est une qualité rare, surtout pour un socialiste. Heureusement pour le lecteur, il fait […]

Retour de vacances, de la culture du temps à celle de l’espace ou comment le touriste transforme peu à peu le monde en hall des expositions

De retour de Thaïlande, pays où le touriste écrasé de chaleur rend l’âme devant l’image d’un dieu gras et placide, […]

La fête de la musique, la fête des petits merdeux

La fête de la musique est une invention de petits merdeux pour les petits merdeux. Tous les petits merdeux au […]

Fabrice Luchini – La Fontaine, Baudelaire, Hugo, Nietzsche… – Théâtre de l’Atelier – EEE

Fabrice Luchini est un être merveilleux. Un ange de nos campagnes descendu des sphères pour chanter les louanges de la […]

ArtDesign by Ellyn |
pour le plaisir....rêve,mag... |
converseyourself |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamioutta
| Précieux papiers
| Et un p'tit tour