Eugène Boudin - Musée Jacquemart-André - EEE dans Les sorties d'Edouard 7760081509_l-exposition-eugene-boudin-au-musee-jacquemart-andre-du-22-mars-au-22-juillet-300x187On donne depuis quelques temps une mirifique exposition au musée Jacquemart-André, elle est l’occasion d’admirer l’œuvre de Boudin, Eugène Boudin, son patronyme est déjà un poème, une invitation au voyage, un souffle de gaieté.

L’œuvre de Boudin est pleine de grâces, elle convoque les ciels moutonnés, les océans plats ou écumants, les élégantes et les cabines de bain pour composer de délicats bords de mer, se plonger dans un Boudin, c’est respirer un air iodé, sentir ses tifs gonflés par la bourrasque, éprouver le frais écoulement du sable entre ses doigts de pieds, Emile, je Baudelairise.

Le peintre aimait peindre selon nature, le chevalet dans la glaise et le teint bistré par le soleil, il brossait d’étincelantes aquarelles où vibre une touche légère, impressionniste. Le mot est lâché, il est là, grelottant et syllabique, les toiles d’Eugène laissent présager Monet, elles annoncent le musée d’Orsay, les foules le samedi, les files d’attente interminables, elles sont chaotiques: un peu de pigment à Trouville le dimanche et ce sont 357 japonais qui trépignent en bord de Seine le siècle suivant. L’histoire de l’art n’est pas régie par un esprit fort, elle ne réalise pas la philosophie hégélienne, elle est imprévisible et humaine, les artistes sont des hommes, un peu d’âme avec du lard autour.

L’œuvre d’Eugène est une œuvre de plein air, on respire à plein poumon, l’horizon dégagée de ses tableaux invite à l’évasion, on oublie les cimaises froides, l’octogénaire pulvérulent, on écoute le vent, les mouettes, les harpions sur la grève et dans le cœur un peu de printemps. Si le pinceau est lisse dans les premiers tableaux, il se libère par la suite, attaquant la toile avec légèreté, esquissant les brisures d’une vague, ébauchant une jetée, saisissant le mouvement sans le figer il s’appesantit rarement et comme avec regret. Eugène Boudin est fils de marin, il n’est pas du cénacle, ses tableaux séduiront d’abord les acheteurs étrangers avant de faire la conquête d’une critique pointilleuse et parisienne. Jolies cartes postales emprisonnant une atmosphère idyllique, ses peintures sont désormais collectionnées partout dans le monde et … peu en France où cette rétrospective est le première d’importance depuis plus de 50 ans.

Admiré par Monet dont il fit un de ses élèves, par Baudelaire1 également qui décrivait les « beautés atmosphériques » de Boudin en circonlocutions enflammées, Eugène fut un homme ordinaire, peu rompu à l’exercice des frivolités mais honnête bourgeois de Normandie, il sut reconnaître le goût de ses contemporains pour les scènes de plages, c’est le début des stations balnéaires, ou les souvenirs d’évènements mondains, l’homme est un touriste qui aime à se rappeler2. Il n’était pas homme à lancer les tendances, qu’on mesure aujourd’hui son influence sur le mouvement impressionniste est le jeu des historiens, ces derniers se délecteront des résonnances, davantage échos que dépassements, entre son oeuvre et celle de Monet, même point de vue à différentes heures du jour, soleil couchant, lumière dissolvant les contours, façades d’église, on notera que l’exposition permet d’admirer la très belle église gothique d’Abbeville, abattue ces dernier jours par la mairie socialiste: c’est ainsi que les hommes meurent.

Superbe. EEE.

Edouard.

1 – la deuxième exposition faisant actuellement référence à Baudelaire est l’Ange du bizarre à Orsay, d’un côté les ciels de Boudin, de l’autre les gouffres de l’enfer, un même poète : de l’artificialité des catégories en matière d’art.

2 – voir par ailleurs à une autre époque et dans un autre pays le succès du Canaletto qui tient au même motif que celui de Boudin : le goût du souvenir. Les deux connurent une carrière honorable grâce à des ventes auprès de riches touristes étrangers. Voir l’article consacré à l’exposition Canaletto dans le même musée.

2 Réponses à “Eugène Boudin – Musée Jacquemart-André – EEE” Subscribe

  1. catherine 30 mai 2013 à 8:15 #

    J’aime beaucoup … je pense devenir une fidèle visiteuse de ce blog … et probablement en ferait la promo sur le mien … si vous le voulez bien ! … ;)

  2. Anonyme 30 mai 2013 à 9:02 #

    Merci beaucoup, très joli blog également et instructif, à bientôt!

Laisser un commentaire

Les clics de Narcisse, du mariage pour tous et d’une chèvre mélancolique

Mes bien chers frères humains, petites chèvres et moutons bien gras, le mariage pour tous n’en finit pas de générer […]

La démocratie conchylicole ou le rêve français d’Eva Joly

Hier soir, devant un public encore vert, la candidate Eva Joly déclarait que sa conception du rêve français était « la […]

Impasse Adam Smith – Brèves remarques sur l’impossibilité de dépasser le capitalisme sur sa gauche – Michéa – EEE

  Jean Claude Michéa est honnête, c’est une qualité rare, surtout pour un socialiste. Heureusement pour le lecteur, il fait […]

Retour de vacances, de la culture du temps à celle de l’espace ou comment le touriste transforme peu à peu le monde en hall des expositions

De retour de Thaïlande, pays où le touriste écrasé de chaleur rend l’âme devant l’image d’un dieu gras et placide, […]

La fête de la musique, la fête des petits merdeux

La fête de la musique est une invention de petits merdeux pour les petits merdeux. Tous les petits merdeux au […]

Fabrice Luchini – La Fontaine, Baudelaire, Hugo, Nietzsche… – Théâtre de l’Atelier – EEE

Fabrice Luchini est un être merveilleux. Un ange de nos campagnes descendu des sphères pour chanter les louanges de la […]

ArtDesign by Ellyn |
pour le plaisir....rêve,mag... |
converseyourself |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamioutta
| Précieux papiers
| Et un p'tit tour