Bach - Marc Leboucher - EE - Le Bach à l'eau réa (potacherie d'ivrogne amateur de musique, et de schnaps) dans Les CDs d'Edouard bach-179x300Qu’est-ce que Bach ? Bach est une grosse chose allemande, avec une perruque blanche.

C’est également l’un des seuls protestants, avec Martin Luther King, a n’avoir pas consacré sa vie à l’argent, on raconte qu’il était pingre mais pour des raisons de subsistance, il avait une quinzaine d’enfants à charge. Comme toute personne civilisée, d’intelligence supérieure et de notoriété publique, il vécut avant la révolution française dans une Allemagne réformée et suave où la frite n’existait pas, l’Amérique encore moins. Ne régnait dans ces contrées septentrionales qu’une atmosphère religieuse propice au recueillement et aux compositions millimétrées. A cette époque, le profane et le sacré n’étaient que des idées flottantes, la laïcité un doux rêve à peine intelligible, la foi imprégnait tout, l’intime et le publique, rien ne se faisait sans elle.

Jean Sebastien Bach était de son temps, issu d’une longue lignée de musiciens, il enchaîna les emplois d’organistes dans les églises, de Kapellmeister dans de petites cours bigotes de Bavière pour finir Maître Cantor à Leipzig, poste point si négligeable mais peu conforme à l’extraordinaire postérité de son œuvre.

Bach composa essentiellement pour les offices religieux, cantates, passions et même une messe catholique, la fameuse messe en si mineur à laquelle il mit tant d’ardeur qu’on le soupçonne de s’être converti à Rome et à son Eglise. Tant de beauté ne pouvait être que catholique. Il n’écrivit jamais d’opéra, non qu’il éprouvât à l’égard du genre une réticence toute luthérienne, l’opéra exauce les passions funestes et autorise les transports les moins modestes mais plus simplement parce qu’il ne s’imaginait pas détourner son génie à des fins profanes. Son génie était sacré, le chant est le véhicule de l’âme, l’orgue le tigre du moteur, la musique rend gloire à Dieu ou n’est qu’un divertissement. On peut néanmoins écouter ses Passions comme des opéras, les sentiments y surgissent avec si peu de mesure qu’ils donnent des suées aux plus refroidis. J’ai le cœur glacial comme une pierre tombale, le premier chœur de la passion selon Saint Jean suffit à le réduire en poudre, c’est l’effet constricteur, le deuxième éparpille les morceaux, c’est l’effet dilatateur, on finit le cœur aux dimensions de l’univers et l’âme au bord du gouffre. Le gouffre, c’est l’ignorance, le gouffre, c’est Dieu.

Bach enseigna également mais c’était un piètre pédagogue, il n’aimait pas ses élèves à moins qu’ils fussent de son sang, il était colérique et s’étonnait qu’on ne fût pas aussi virtuose que lui. Il écrivit un clavier bien tempéré qui continue de faire transpirer des générations de pianistes. Un clavier tempéré n’est pas un piano habitant des latitudes moyennes, ce n’est pas non plus un instrument qui répugne aux notes très aigûes ou très graves, c’est de façon plus complexe un clavecin dont le réglage privilégie certains intervalles par rapport à d’autres à une époque où la précision des facteurs ne permettait pas d’avoir des intervalles purs sur toute l’étendue du clavier. Aujourd’hui, le tempérament est obsolète, plus besoin de caractère pour faire de la musique.

Bach était gras, il avait le physique d’un homme qui aime la chère, qualité étonnante pour un compositeur réputé vétilleux. Sa musique est compliquée, elle nécessite un auriculaire de 18 centimètres, on voit par là qu’ET était fait pour l’interpréter. Elle donne aux mathématiciens l’occasion d’exercer leur secret amour des chiffres, une portée de Bach est un exercice d’algèbre, une numérologie, c’est pourquoi les autistes apprécient les Variations Goldberg, Glenn Gould en fut un interprète légendaire.

Dans le Bach de Marc Leboucher, vous trouverez tout cela et plus encore. L’intérêt est documentaire, c’est déjà pas mal. EE.

1. Cantate 140: « Wachet auf, ruft uns di Stimme »

C’est la cantate préférée de Benoît XVI, homme de goût.Image de prévisualisation YouTube

2. Variations Goldberg (par Glenn Gould)

Un enregistrement mythique.Image de prévisualisation YouTube

3. « Erbarme dich, mein Gott » (tirée de la passion selon Saint Matthieu)

C’est le morceau qu’écoute en boucle Valmore, le personnage principal du dernier roman de Pierre Mérot Toute la noirceur du monde (voir critique dans ce blog). Il faut y voir un paradoxe esthétique.Image de prévisualisation YouTube

4. La Passion selon Saint Jean

Bouleversant.Image de prévisualisation YouTube

5. Air (« on the G string » – sur la corde de sol)

Incontournable.Image de prévisualisation YouTube

6. Toccata et Fugue en ré mineur

Bach était organiste avant tout.Image de prévisualisation YouTube

7. Concerto pour 2 violons en ré mineur (2ème mouvement)

Emouvant.Image de prévisualisation YouTube

8. Cantate 147: « Jesus bleibet meine Freude »

Une scie. Une belle scie. La traduction française « Jésus, que ma joie demeure » est impropre. Il faut dire « Jésus demeure ma joie ».Image de prévisualisation YouTube

9. Sonate pour flûte (n°2)

Jolie, tendre.Image de prévisualisation YouTube

10. Cantate 208: « Sheep may safely graze »

Apaisant.Image de prévisualisation YouTube

11. Bist du bei mir

Le piège. On apprend dans la biographie de Marc Leboucher que ce morceau n’est probablement pas de Bach. Il serait issu d’un opéra très populaire à l’époque.Image de prévisualisation YouTube

Et pas de Concerto Brandebourgeois ? Non, aucun.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les clics de Narcisse, du mariage pour tous et d’une chèvre mélancolique

Mes bien chers frères humains, petites chèvres et moutons bien gras, le mariage pour tous n’en finit pas de générer […]

La démocratie conchylicole ou le rêve français d’Eva Joly

Hier soir, devant un public encore vert, la candidate Eva Joly déclarait que sa conception du rêve français était « la […]

Impasse Adam Smith – Brèves remarques sur l’impossibilité de dépasser le capitalisme sur sa gauche – Michéa – EEE

  Jean Claude Michéa est honnête, c’est une qualité rare, surtout pour un socialiste. Heureusement pour le lecteur, il fait […]

Retour de vacances, de la culture du temps à celle de l’espace ou comment le touriste transforme peu à peu le monde en hall des expositions

De retour de Thaïlande, pays où le touriste écrasé de chaleur rend l’âme devant l’image d’un dieu gras et placide, […]

La fête de la musique, la fête des petits merdeux

La fête de la musique est une invention de petits merdeux pour les petits merdeux. Tous les petits merdeux au […]

Fabrice Luchini – La Fontaine, Baudelaire, Hugo, Nietzsche… – Théâtre de l’Atelier – EEE

Fabrice Luchini est un être merveilleux. Un ange de nos campagnes descendu des sphères pour chanter les louanges de la […]

ArtDesign by Ellyn |
pour le plaisir....rêve,mag... |
converseyourself |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamioutta
| Précieux papiers
| Et un p'tit tour