bébéLes enfants naissent en mai, c’est le mois de Marie, le mois le plus beau, le mois des conceptions immaculées, des sorties de bain en serviette éponge, des bonnets blancs sur les fronts en peau de pêche. Les bambins parviennent à la surface des choses en milieu hospitalier, généralement vers minuit alors que sonne au cœur des honnêtes gens l’imminence du mystère, l’intuition du changement, c’est l’heure du crime, des phénomènes paranormaux, des épiphanies ombiliquées. A Notre Dame de Bon Secours, rue Raymond Losserand, les salles de naissance sont souterraines, il s’y déploie en pleine nuit une activité de champs de bataille, les sages-femmes titubent d’une pièce à l’autre, réservant à toutes les éprouvées du fondement un mot d’apaisement, une caresse sur le front plombé, elles divaguent ensuite en nurserie où elles soupèsent les nouveaux nés avec des mines de caisse enregistreuse, la vie paraît, il faut l’étiqueter, estimer son poids, sa tonicité, il faut enfin l’affubler d’une chaussette retournée, l’âme en socquette retourne alors dans les bras de maman.

Des hommes tournent en rond dans les parties communes, ils ont les pieds emmaillotés de celluloïd, ils se sentent seuls et mal aimés, godiches résignées en pantoufles néoprène, ils attendent qu’un évènement survienne, qu’un cri retentisse, la délivrance arrive enfin dans un bout de coton, elle vagit, elle est superbe et collante. D’autres accompagnent les derniers instants de l’amante, ils passent une main tremblante sous la nuque raidie par l’effort, prient secrètement, prononcent de vaines paroles, songent aux lépidoptères bleutés, à la nature souveraine qui métamorphose les maîtresses en mères de famille, ils en éprouvent un soulagement surprenant, l’épouse était une chrysalide, le délire les gagne, un seul regard sur les étriers ramène leurs chimères à des proportions médicales. La parturiente glapit, cramponne ses doigts blanchis dans le gras du mari, invoque Sainte Rita, une image de calme et maître Capello, c’est la fin de l’épreuve, un bébé jaillit des entrailles, il atterrit sur le sein, splash, ne reste plus qu’à découper la queue de comète, le vaillant géniteur s’avance, flanche, c’est finalement la sage-femme qui opère, couic. Dans la salle d’à côté, on pose un tentacule dans le dos d’une accouchante, c’est la péridurale, magie des modernes, on la dose désormais soi-même, un détonateur à la main permet de réglementer les décharges.

Arrivé depuis le matin, très tôt, à l’heure indue des réveils téléphonés, j’assiste encore à 20h au travail de ma femme, je lui lis un roman, un prix Goncourt négligé d’Henri Béraud, historiette au temps du bien-aimé1, le récit ne fait pas oublier le décor, il  n’y a guère que la description du supplice de Damiens en place de Grève qui relève le gruau. Je m’ennuie prodigieusement, c’est un ennui métaphysique, je me résigne à ma situation d’homme complémentaire, ma femme attend, elle lève les yeux au plafond, discute, décrit ses sensations, regarde la courbe des cœurs monter puis descendre, l’écran du moniteur clignote, la technologie scintille à la rescousse, tout voir, tout connaître, ne rien laisser dans l’ombre, c’est l’empire du transparent. Le mystère de la vie n’est qu’une compilation de signes, l’âme s’étale en pixels luminescents sur un écran, Alléluia, Vishnu et Brahmapoutre, la frustration me donne des pensées cumulonimbées… La ligne infantile montre des affaissements troublants, le travail épuise la pouponnette, quelques minutes et la salle se remplit d’un personnel en papier vert, bleu ou gris, le plus vénérable a une charlotte, il ne m’accorde aucun regard, dix médecins entourent le brancard, on l’emmène au bloc, personne ne songe à m’informer, un interne compatissant fait demi-tour, je peux attendre là, au milieu des micro-ondes qui réchauffent les prématurés, je suis électro sensible, j’ai l’œilleton qui tourne à l’aigre. Un pédiatre m’avertit de ne pas poser de questions lorsque le bébé sortira par la porte coulissante, je demande pourquoi, un regard d’acier trempé me répond, pas de question ! Je tourne, l’angoisse monte, je forme des vœux, prends de grandioses résolutions, négocie avec Dieu, je ne suis pas de taille. Au bout d’une dizaine de minutes, un soupir de portes automatiques annonce le colis, l’infirmière est souriante, c’était une fausse alerte, le bébé est sublime, il me ressemble. Il pèse 2 litres, une dinde de Noël sans ses marrons, c’est une crevette rose et hydrophile. Je verse une larme. Ou deux. Peut-être trois car l’émotion est forte.

Edouard.

1 – Louis XV, il s’agit du roman Le Vitriol de lune

Autres expériences hospitalières:

De l’importance de piquer plutôt qu’être piqué

De la noblesse de la souffrance en milieu hospitalier

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les clics de Narcisse, du mariage pour tous et d’une chèvre mélancolique

Mes bien chers frères humains, petites chèvres et moutons bien gras, le mariage pour tous n’en finit pas de générer […]

La démocratie conchylicole ou le rêve français d’Eva Joly

Hier soir, devant un public encore vert, la candidate Eva Joly déclarait que sa conception du rêve français était « la […]

Impasse Adam Smith – Brèves remarques sur l’impossibilité de dépasser le capitalisme sur sa gauche – Michéa – EEE

  Jean Claude Michéa est honnête, c’est une qualité rare, surtout pour un socialiste. Heureusement pour le lecteur, il fait […]

Retour de vacances, de la culture du temps à celle de l’espace ou comment le touriste transforme peu à peu le monde en hall des expositions

De retour de Thaïlande, pays où le touriste écrasé de chaleur rend l’âme devant l’image d’un dieu gras et placide, […]

La fête de la musique, la fête des petits merdeux

La fête de la musique est une invention de petits merdeux pour les petits merdeux. Tous les petits merdeux au […]

Fabrice Luchini – La Fontaine, Baudelaire, Hugo, Nietzsche… – Théâtre de l’Atelier – EEE

Fabrice Luchini est un être merveilleux. Un ange de nos campagnes descendu des sphères pour chanter les louanges de la […]

ArtDesign by Ellyn |
pour le plaisir....rêve,mag... |
converseyourself |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamioutta
| Précieux papiers
| Et un p'tit tour